Traitement des matières de curage

curures

Par « curures », on entend toutes les matières résiduelles des réseaux, principalement constituées de sables et de déchets grossiers (canettes, bouteilles, inertes, etc.). Ces dernières sont aspirées via les regards des réseaux lors des opérations de curage et sont ensuite acheminées vers les installations de traitement par camion hydrocureur.

Depuis 2007, les curures de Wallonie picarde sont traitées en vue de leur valorisation sur deux sites : Ath et Mouscron.

L’eau utilisée pour le lavage des curures est pompée en sortie de station d’épuration.

A leur arrivée, les curures sont stockées dans une fosse de réception, où un grappin d’une capacité de 600 litres les introduira dans la ligne de nettoyage proprement dite c’est-à-dire qu’elles vont passer successivement dans :

curures - hydroseparteur

  • un trommel débourdeur d’une maille de 8 mm.
  • dans un hydroséparateur qui lave à contre-courant. Il est conçu pour éliminer un maximum des produits organiques.
  • dans un hydrocyclone qui réalise la coupure granulométrique du sable en se basant sur le principe de la force centrifuge (due à la rotation du liquide dans le corps de la machine). Il va séparer les particules solides et liquides en fonction de leur masse ou de leur dimension.
  • dans un laveur à contre-courant par lit fluidisé, l’élimination des matières organiques est affinée par ségrégation des matières en fonction de leur densité (les plus fines se retrouvent au dessus et les plus grosses en dessous).
  • enfin, un essoreur à table vibrante permet d’assécher les matières minérales extraites (cailloux,  sables, …).

Garanties de traitement sur les sables

Les garanties permettent la valorisation des sables comme matériau de sous-fondation de voirie.

  • Taux de MO/MS ≤ 1 % si la teneur en MV du produit brut est < 20 %
  • Granulométrie > 63 m
  • Siccité > 70 %