Informations générales

Historique

L’assainissement de Wallonie picarde a débuté en 1980 à Ath. Le bassin de la Dendre était alors connu comme un véritable chancre. C’est à cette époque qu’ont été réalisés la plupart des ouvrages des villes ou agglomérations importantes situées sur les têtes de bassin des affluents de la Dendre : à Ath, Leuze, Beloeil, Enghien, Maffle, Flobecq… A ces stations s’ajoutaient quelques petites réalisations annexes dans le cadre des lotissements « fond Brunfaut ». Mais ces stations, gérées par les communes, étaient pour la plupart soit à l’arrêt, soit en dysfonctionnement.

Organisme d’épuration agréé depuis 1990, année à laquelle IPALLE s’est dotée d’un « secteur épuration », l’intercommunale s’efforce, conformément aux exigences de la Directive européenne du 21 mai 1991, de trouver les solutions les plus adaptées en matière d’épuration.

En 1990, IPALLE achève la première phase d’investissements sur la Dendre et attaque à un rythme plus soutenu son second bassin : l’Escaut et ses affluents directs.

Héritant de la compétence d’épuration de la SIDEHO (ancienne intercommunale alors en liquidation), IPALLE a déterminé un nouveau plan d’investissements afin de rattraper le retard que la Wallonie picarde connaissait dans son épuration par rapport à d’autres régions. Le nouveau programme oriente, cette fois, tous les crédits sur l’Escaut en commençant par les agglomérations les plus importantes pour arriver ensuite vers les tailles décroissantes.

Les stations d’épuration d’Enghien, Tournai, Mouscron, Comines, Péruwelz, Chercq, Froidmont ont été érigées avant 2000. Elles sont suivies de nombreux projets, pour aboutir à un assainissement de la plupart des agglomérations de plus de 2.000 EH fin 2005.

En 1999, le Gouvernement wallon met en place la Société Publique de Gestion de l’Eau (SPGE). IPALLE poursuit l’assainissement en Wallonie picarde en collaboration avec cet organisme. De nombreux chantiers sont entrepris entre 2000 et 2004 : l’assainissement de Pas-à-Wasmes (Pecq, Estaimpuis), du Pont-Bleu (Dottignies, Estaimpuis, Pecq), de la Sille (Ghislenghien, Silly), de la Rhosnes (Frasnes-Lez-Anvaing) et la finalisation de l’assainissement de l’Espierres (Estaimpuis). Ces chantiers seront suivis par ceux de Grandglise, Quevaucamps, Blaton, Bernissart, Ellezelles, Basècles.

Parallèlement à la Directive européenne, le Gouvernement wallon suggère aux intercommunales de ne pas délaisser les petites entités. C’est ainsi qu’IPALLE initie, dans les années 90, des dossiers portant sur Moustier, Tourpes, Taintignies et Oeudeghien.

Un programme d’investissement couvrant les années 2005 à 2009 permettra d’atteindre quasi totalement les exigences de l’Europe en ce qui concerne les agglomérations de plus de 2.000 équivalents-habitants.

Aujourd’hui, IPALLE exploite 42 stations d’épuration tandis que de nouveaux projets sont en cours d’élaboration afin d’épurer à terme la quasi-totalité des eaux de Wallonie picarde.